Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 20:04

 

C'est le 1er août 1589 que Jacques Clément (moine dominicain au couvent des Jacobins à Sens) assassina Henri III roi de France au château de Saint-Cloud. Cela entraîna la fin de la dynastie des Valois commencée en 1328 par le règne de Philippe VI de Valois neveu de Philippe IV le Bel.

 

La guerre des trois Henri :

Il s'agit de Henri III roi de France, de Henri III roi de Navarre (qui devint Henri IV roi de France) et d'Henri duc de Guise dit Henri le Balafré.

Outre de s'appeler Henri, ils eurent au moins deux autres points communs :

-ils avaient tous trois des rois de France dans leurs ancêtres et pouvaient prétendre tous trois au trône de France : Henri III roi de France était le fils d'Henri II et le petit-fils de François 1er ; Henri de Navarre descendait du roi Louis IX (Saint Louis) par son père Antoine de Bourbon ; et Henri de Guise était par sa mère (Anne d'Este) descendant de Louis XII roi de France.

-d'avoir été assassinés tous les trois : Henri de Guise au château de Blois le 23 décembre 1588 sur ordre de Henri III roi de France ; cet Henri III par Jacques Clément et Henri IV par Ravaillac le 14 mai 1610.

 

*Henri III roi de France : Fils du roi de France Henri II et de Catherine de Médicis, il naquit à Fontainebleau le 19 septembre 1551.

Après la mort d'Henri II en juillet 1559, 3 de ses fils lui succédèrent : François II du 10 juillet 1559 au 5 décembre 1560, Charles IX roi de 1560 à sa mort le 30 mai 1574, puis Henri III de la mort de Charles IX à sa propre mort. En fait Catherine de Médicis garda un pouvoir réel jusqu'à sa propre mort le 5 janvier 1589.

Ces règnes se déroulèrent sous un double conflit : entre catholiques et protestants (les guerres de religion) mais aussi entre deux branches des Capétiens : les Valois et les Bourbons.

-Luther puis Calvin répandirent dès le début du seizième siècle leur nouvelle doctrine. C'est dans les mêmes moments (dans les années 1530) mais pour d'autres raisons, que l’Église d'Angleterre se sépara de Rome. Tout cela mit l’Église sur la défensive et divisa profondément les États.

Henri II roi de France avait commencé à freiner l'expansion protestante par diverses ordonnances.

-A Wassy en Haute-Marne, des protestants furent massacrés le 1er mars 1562 par les soldats de François de Lorraine duc de Guise (et père d'Henri le Balafré). A la suite de quoi les protestants s'armèrent ; ce fut le début des guerres de religions en France avec des premières batailles à Rouen en octobre 1562, puis à Dreux en décembre de la même année. Tout cela aboutissant à la Saint Barthélémy le 22 août 1572. Mais il serait trop simple de croire qu'il n'y eut que des protestants massacrés ainsi à Nîmes le 30 septembre 1567, 200 catholiques furent massacrés par des protestants.

Catherine de Médicis tenta de concilier les problèmes dynastiques, religieux et la politique étrangère. Anglais et Allemands soutenaient les protestants français tandis que l'Espagne et le Vatican encourageaient les catholiques. Elle varia plusieurs fois d'attitude vis-à-vis des protestants, ce qui n'arrangea rien, mais difficile de lui en faire grief tellement le contexte était compliqué.

Pendant que Charles IX était encore roi de France, elle parvint à faire élire Henri comme roi de Pologne le 11 mai 1573. Il n'arriva à Cracovie que le 18 février 1574 et fut couronné roi le 21 février. Mais à la suite de la mort de son frère, il s'enfuit de Pologne le 18 juin 1574 et revint en France pour devenir le roi Henri III. Les problèmes dynastiques étaient aigus car François II et Charles IX étaient morts avant d'avoir eu des enfants et Henri III malgré son mariage avec Louise de Lorraine le 15 février 1575 et de nombreuses maîtresses, resta lui aussi sans enfants.

La peur des Guise, qui tenaient la ligue, entraîna une alliance entre Henri III roi de France et Henri III roi de Navarre (traité entre ces deux Henri le 3 avril 1589).

Les principaux chefs des protestants furent : l'amiral Coligny (premier assassiné lors de la Saint Barthélemy) Louis de Bourbon prince de Condé (oncle paternel de Henri III roi de Navarre), assassiné à Jarnac le 13 mars 1569 et le roi de Navarre futur Henri IV roi de France.

Pour les catholiques les principaux chefs furent : Antoine de Bourbon (père du futur Henri IV) tué au siège de Rouen, François de Lorraine duc de Guise (père de Henri le Balafré) assassiné au siège d'Orléans le 24 février 1563 ; Henri de Guise le Balafré et son frère cardinal, tous les deux assassinés les 23 et 24 décembre 1588. La période des 3 Henri fut particulièrement fertile en assassinats.

 

Henri III roi de Navarre :

Henri III roi de Navarre qui devint Henri IV roi de France est déjà évoqué dans plusieurs notes de ce blog voir spécialement la note N° 317 http://jean.delisle.over-blog.com/2016/09/henri-iv-et-le-bugey-n-317.html.

Il reste probablement dans l'opinion publique comme l'un des rois les plus populaires de l'histoire de France ; peut-être à cause des répliques qui lui sont attribuées comme : « Paris vaut bien une messe », « la poule au pot tous les dimanches », « ralliez-vous à mon panache blanc ».. .

 

Henri de Guise :

Il naquit le 31 décembre 1550, fils de François de Guise et d'Anne d'Este petite-fille du roi de France Louis XII et d'Anne de Bretagne.

Il succéda à son père comme chef du parti catholique, participa à de nombreuses batailles contre les protestants ainsi qu'à la Saint Barthélemy.

Sous le règne de Charles IX marié à Marie Stuart, reine d’Écosse et nièce d'Henri de Guise, les Guise eurent beaucoup d'influence.

Henri de Guise entra dans Paris le 8 mai 1588. Henri III alors roi de France, craignant un soulèvement envoya des troupes, ce qui entraîna cette fois un soulèvement (journée des barricades du 12 mai 1588), obligeant Henri III à fuir la capitale.

Henri III roi de France n'avait en 1588 pas d'héritiers, ce qui pouvait amener Henri III roi de Navarre alors protestant sur le trône de France, ce dont ne voulaient pas les catholiques. Henri III roi de France fit mine d'accepter leurs revendications, convoqua des États-Généraux à Blois, y fit venir Henri de Guise et le fit assassiner ainsi que son frère cardinal de Lorraine.

 

Jacques Clément :

Né d'une famille de paysans dans l'Yonne probablement en 1567, Jacques Clément devint moine chez les dominicains. A la suite de l'assassinat du duc de Guise et de son frère cardinal, une grande haine contre Henri III roi de France s'empara du clan catholique d'autant que le pape excommunia Henri III roi de France. Ce Jacques Clément un peu extrémiste parvint à rencontrer Henri III qui était alors à Saint Cloud pour assiéger Paris et le poignarda. Il fut immédiatement tué par les gardes d'Henri III, son cadavre fut écartelé, puis brûlé et jeté dans la Seine. Pour le clan catholique de l'époque il fut un héros et un martyr.

 

Le château de Saint Cloud

Saint-Cloud fait partie de l'agglomération parisienne, dans le département des Hauts de Seine, à l'ouest de Paris.

Catherine de Médicis fit don d'une maison située à Saint-Cloud à une famille de Florentins nommés Gondi arrivés en France en 1543. Sur l'emplacement ils firent construire un premier château à partir de 1577. Il fut acheté en 1658 par Louis XIV pour son frère (duc d'Orléans) qui fit agrandir le château. Louis XVI le racheta pour Marie-Antoinette en octobre 1784 qui y fit faire travaux et aménagements. C'est dans ce château (dans l'orangerie) qu'eut lieu le coup d’État du 18 brumaire, puis, dans le château lui-même, la proclamation du premier empire le 18 mai 1804, du second empire le 1er décembre 1852 et la déclaration de guerre à la Prusse le 28 juillet 1870.

Détruit durant les opérations de la guerre de 1870, il fut rasé en 1892.

En 2006 une association intitulée « reconstruisons Saint-Cloud » s'est constituée.

A suivre

J.D. 25 octobre 2016

 

 

le Château de Saint-Cloud, carte postale image du net

le Château de Saint-Cloud, carte postale image du net

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 17:27

*C'est Henri IV, du Saint empire romain germanique, qui fit don du Bugey à la Maison de Savoie, en 1077

*C'est Henri IV roi de France qui récupéra le Bugey au profit de la France par le traité de Lyon du 17 janvier 1601.

moralité : comme pour les trains de la SNCF, un Henri IV peut en cacher un autre, ou si l'on préfère : deux Henri IV pour le prix d'Ain !.

Le Bugey :

le Bugey historique comprenait 3 sous-régions à cheval sur les actuels départements de l'Ain et de la Savoie :

*le Haut-Bugey qui correspond grosso-modo à l'actuel arrondissement de Nantua dans l'Ain

*le Bas-Bugey qui recouvre l'Arrondissement de Belley dans l'Ain

*le Petit Bugey situé à l'ouest de la Savoie. Lors de la dernière réforme cantonale en France, un nouveau canton appelé » « canton de Bugey savoyard » a d'ailleurs été créé en Savoie par regroupement de 3 anciens cantons (Saint Genix, Yenne et Ruffieux) décret 2014-272 du 27 février 2014

Dans l'antiquité, 3 peuples gaulois se partagèrent le Bugey :

-Les Séquanes dans le Haut Bugey, ils occupaient la Franche-Comté et débordaient sur le Bugey , leur capitale était à Besançon;

-les Allobroges dans la partie savoyarde ou proche de la Savoie. César le confirme dans la guerre des Gaules puisqu'il écrit (au livre I en 11 : « Les Allobroges qui avaient sur la rive droite du Rhône des villages et des propriétés... ». Vienne était la capitale des Allobroges ; mais toute la partie de l'Allobrogie située sur la rive gauche du Rhône avait été annexée par les Romains en -121 ;

-les Ambarres entre les deux précédents. On retrouve le nom de ces Ambarres dans ceux d'Ambérieu, Ambronay etc. Les Ambarres firent partie des nombreux peuples gaulois qui disparurent (en tant que peuples) à l'occasion de la guerre des Gaules. Le chiffre de 300 peuples gaulois avant la guerre et de 60 après, se retrouve chez plusieurs auteurs.

C'est lors de la première année de la guerre des Gaules (donc en -58) que le Bugey fut annexé par Rome. Il suivit alors le sort de Rome et de la Gaule romaine durant environ 5 siècles, puis fut intégré au royaume de Bourgogne avant de tomber sous la coupe des Francs au septième siècle.

Lorsque les petits-fils de Charlemagne se partagèrent son empire (traité de Verdun en 843), le Bugey se retrouva dans la Lotharingie avant d'être donné à la Savoie en 1077 etc.

Henri IV empereur :

Fils d'Henri III empereur germanique et d'Agnès d'Aquitaine, le futur empereur germanique Henri IV naquit le 11 novembre 1050. Henri III avant son décès le 5 octobre 1056, avait fait couronné son fils « roi de Germanie » à Aix-la-Chapelle le 17 juillet 1054. A la mort de son père, Henri avait à peine 6 ans, il régna sous la régence de sa mère et ne sera considéré comme majeur que le 29 mars 1065.

Son règne ne fut pas un long fleuve tranquille. Il dut faire face aux Saxons , aux princes allemands, aux papes successifs, à Mathilde de Toscane alliée du pape et même à ses fils.

Il s'ensuivit de nombreuses années de guerres jusqu'à ce que l'un de ses fils l'oblige à abdiquer le 31 décembre 1105. Il mourut le 7 août 1106.

Les empereurs germaniques s'étaient arrogés le droit de nommer les évêques et par ce biais ils contrôlaient aussi le pape. Mais Henri IV arriva au pouvoir au moment où le Vatican prétendit reprendre le pouvoir sur la nomination de tous les membres du clergé. Ce fut appelé « la querelle des investitures ». Henri IV parvint en janvier 1076, à réunir une assemblée d'évêques qui déposa le pape pendant que le pape excommuniait Henri IV. Il y eut dans ce temps plusieurs papes. Les princes allemands s'étant alliés au pape, Henri IV traversa les Alpes par la Savoie et le Mont Cenis pour empêcher la fusion des armées ennemies. C'est pour récompenser les Savoyards de leur aide à cette occasion qu'il leur fit don du Bugey. En outre, en 1066, Henri avait épousé Berthe, fille d'Adélaïde de Suse et d'Othon, troisième comte de Savoie.

Le pape (Grégoire VII) s'était réfugié dans un château fortifié appartenant à Mathilde de Toscane à Canossa (dans les Apennins). Isolé Henri IV dut venir faire amende honorable le 25 janvier 1077

Henri IV roi de France :

Il naquit à Pau le 13 décembre 1553 et mourut à Paris assassiné par Ravaillac le 14 mai 1610.

Il est le fils d'Antoine de Bourbon et de Jeanne d'Albret.

*Son père (1518/1562) était descendant du roi de France Louis IX (Saint Louis) et le frère du prince de Condé. Antoine de Bourbon participa au siège de Rouen pour le compte des armées catholiques. Il fut tué d'un coup d'arquebuse alors qu'il urinait contre les murailles ce qui fit dire à Voltaire : « le prince ici gisant vécut sans gloire et mourut en pissant » !

*Jeanne d'Albret (1528/1572) était par sa mère une nièce de François premier. Henri IV était donc, non seulement descendant de Louis IX par son père mais le petit-neveu de François 1er.

Jeanne d'Albret fut reine de Navarre de 1555 à sa mort en 1572. Très protestante elle se sépara de son mari lorsque celui-ci bascula dans le camp catholique. A sa mort, son fils Henri devint roi de Navarre sous le nom d'Henri III.

*Henri, à sa naissance avait été baptisé catholique, il changea plusieurs fois de camp et de religion. Il fut élevé à la Cour de France de 1561 à 1567.

*Il épousa Marguerite de Valois (la reine Margot), fille de Catherine de Médicis et d'Henri II roi de France le 18 août 1572, à une période où Henri était protestant. Son mariage attira à Paris tout le gratin du protestantisme français, ce qui permit la Saint Barthélemy le 24 août 1572. Sur la responsabilité de ce massacre des protestants, les auteurs sont divisés. L'opinion à laquelle je suis arrivé est que la responsabilité de Catherine de Médicis est évidente mais ce n'est qu'une opinion que personne n'a l'obligation de partager.

*Après l'assassinat du roi de France Henri III le 2 août 1589, Henri III roi de Navarre abjura le calvinisme en la basilique de Saint Denis le 25 juillet 1593 et fut couronné roi de France sous le nom d'Henri IV en la cathédrale de Chartres le 27 février 1594.

*Il se remaria avec Marie de Médicis le 17 décembre 1600 en la cathédrale Saint Jean-Baptiste de Lyon. Avec elle, il eut six enfants dont le futur Louis XIII.

*Henri IV eut beaucoup d'autres enfants d'une quantité de maîtresses, dont 3 enfants avec Gabrielle d'Estrées, 3 enfants avec Catherine Henriette de Balzac d'Entraigues etc etc.

Aujourd'hui, sans le savoir de nombreux citoyens et citoyennes ont le « bon roi Henri » dans leurs ancêtres !

*Il accorda la liberté de culte aux Protestants par l’Édit de Nantes le 30 avril 1598.

*Cet édit fut remis en cause en deux temps : sous Louis XIII l'édit d'Alès le 28 juin 1629 revint sur le droit des Protestants de conserver des places fortes puis sous Louis XIV, l'édit de Fontainebleau du 22 octobre 1685 (plus connu sous le nom de « Révocation de l'édit de Nantes ») leur enleva la liberté de culte.

*Après son assassinat le 14 mai 1610, Henri IV fut inhumé à Saint Denis le 1er juillet 1610. Mais sa tombe comme beaucoup d'autres fut saccagée lors de la Révolution.

Illustration :

on trouvera en illustration une carte de l'Europe en 1095, sous le règne d'Henri IV empereur germanique. J'emprunte cette carte à un article signé Jean-Pierre Fabricius et daté Janvier 2015. Elle est intéressante en soi mais elle le devient beaucoup plus si on la compare à la carte de l'Europe après le traité de Verdun en l'an 843. Lors de ce traité, les 3 petits-fils de Charlemagne se partagèrent son empire en 3, une partie « franque » : la Francie occidentale, une partie « germanique » : la Francie orientale et une partie intermédiaire qui allait de la Mer du Nord à l'Italie, qui englobait Aix-la-Chapelle et qui fut appelée « Lotharingie » parce qu'attribuée à Lothaire. Voir fiche N°248 http://jean.delisle.over-blog.com/2015/07/charles-le-gros-n-248.html

En 1095, soit 2 siècles et demi plus tard, qu'est devenue la Lotharingie ?

Elle s'est évaporée, « bouffée » par la partie germanique !

J.D. 30 septembre 2016

carte de l'Europe en 1095

carte de l'Europe en 1095

Partager cet article
Repost0
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 13:20

Le promeneur attentif qui visite Chambéry peut découvrir nombre d'inscriptions qui fournissent des informations sur la vocation ancienne d'immeubles, sur la réception de personnalités ou sur l'histoire de la ville...

Parmi ce grand nombre d'inscriptions, en voici 3 :

I) sur l'hôtel de Cordon 71 rue Saint Réal :

l'inscription indique l'hébergement en ce lieu du roi de France Henri IV en 1600 et de Hérault de Séchelles durant la Révolution.

Henri IV

naquit à Pau le 13 décembre 1553. Il est le fils de Jeanne d'Albret reine de Navarre et d'Antoine de Bourbon lointain descendant de Saint Louis (Louis IX 1214/1270).

*En 1560, Antoine de Bourbon nommé « lieutenant général du royaume de France », toute la famille s'installa à Paris. Mais après la mort d'Antoine de Bourbon au siège de Rouen en 1562, Jeanne d'Albret retourna s'installer dans la Navarre.

Baptisé catholique, le futur Henri IV devint alors protestant dont il rejoignit les troupes en 1568 à La Rochelle puis à Saintes.

*Après batailles et négociations, Henri épousa le 18 août 1572 Marguerite de Valois (la reine Margot) fille du roi Henri II (roi de France de 1547 à 1559) et de Catherine de Médicis et sœur du roi Henri III (roi de France de 1574 à 1589).

Jeanne d'Albret revenue à Paris pour le mariage de son fils y mourut le 9 juin 1572. Henri devint donc roi de Navarre sous le nom d'Henri III peu avant son mariage avec la reine Margot.

*C'est l'époque où régnèrent de fait 3 Henri : Henri III roi de Navarre, Henri III roi de France et Henri de Guise dit le Balafré à la tête des ligues catholiques.

Henri III roi de France fit assassiner Henri de Guise à Blois le 23 décembre 1588, puis son frère cardinal de Lorraine le lendemain (24 décembre 1588). Mais l'on sait que Henri III roi de France sera assassiné le 1er août 1589 tandis qu'Henri III roi de Navarre devenu Henri IV roi de France sera à son tour assassiné le 14 mai 1610.

*Entre-temps, profitant de la venue à Paris de nombreux chefs protestants pour le mariage d'Henri roi de Navarre, Catherine de Médicis les fit assassiner dans la nuit du 23 au 24 août 1572 (Saint Barthélémy), en signalant néanmoins que les avis des historiens sont partagés sur la responsabilité de Catherine de Médicis.

*Après la mort d'Henri III roi de France, Henri III roi de Navarre devint aussi roi de France sous le nom d'Henri IV le 2 août 1589. Cela n'empêcha pas la guerre de continuer en France entre protestants et catholiques jusqu'à ce que le nouveau roi se convertisse au catholicisme le 25 juillet 1593 (Paris vaut bien une messe!) et qu'il proclame de Nantes le 13 avril 1598 un édit qui accorde la liberté de culte aux protestants.

*C'est le 25 février 1594 qu'Henri IV fut sacré et couronné roi de France en la cathédrale de Chartres, par l'évêque de Chartres (Nicolas de Thou). Il fut hébergé dans un immeuble qui existe toujours et qui se trouve place de la cathédrale face au porche Ouest ou porche central (celui qui est entre les deux clochers)

*En 1599, Henri IV parvint à faire annuler son mariage avec la reine Margot et il épousa le 5 octobre 1600 la florentine Marie de Médicis (voir la note N° 81 http://jean.delisle.over-blog.com/article-les-medicis-reines-de-france-113493818.html).

Sans parler de ses nombreuses maîtresses ! Mais enfin il vaut mieux un chef d'Etat compétent avec des maîtresses que l'inverse.... encore qu'il y a des cumulards qui ont des maîtresses et qui sont notoirement incompétents comme chef d'Etat !

*L'année 1600 fut une année de guerre (une de plus!) entre les Dauphinois emmenés par François de Bonne de Lesdiguières et les Savoyards du duc Charles-Emmanuel 1er (voir la note N°74 http://jean.delisle.over-blog.com/article-les-guerres-dauphine-savoie-110715942.html). C'est en 1349 que la France avait récupéré le Dauphiné. Henri IV vint donc aider les Dauphinois à lutter contre les Savoyards.

*Henri IV fit son entrée à Chambéry le 21 août 1600. C'est à cette occasion qu'il logea rue Saint Réal. Son séjour en Savoie se prolongea de la durée du siège de la forteresse de Montmélian (du 16 août au 16 novembre 1600).

Henri IV profita de ce temps pour aller prendre un bain le 3 octobre 1600 à Aix dans un ancien bain romain restauré au temps de Charlemagne. Il en est fait mention par le docteur Jean-Baptiste Cabias (dans « Merveilles des Bains d'Aix en Savoye » publié à Lyon en 1623). D'après Cabias, Henri IV aurait dit à propos des bains d'Aix : « Tous les bains et étuves des Médecins de Paris, de France, voire même de l'Europe ne valent rien en regard de ceux-ci ».

*Henri IV profita de cette guerre pour imposer à la Savoie le traité de Lyon du 17 janvier 1601 par lequel la France récupéra la Bresse, le Bugey, le Valromey et le pays de Gex. Ceci après Lyon en 1312, le Dauphiné en 1349, la Provence en 1481/1482, la Franche-Comté en 1674 et avant la souveraineté des Dombes (capitale Trévoux) en 1762, puis la Savoie et Nice d'abord de 1792 à 1814/1815 avant la réunion définitive en 1860. Comme quoi, au delà des régimes qui se succédèrent, la France eut de la continuité dans sa politique pour donner à notre pays sa frontière naturelle (les Alpes) au sud-est.

Après son assassinat, Henri IV fut inhumé à Saint Denis.

Henri IV aurait dit à propos du peuple (source : dictionnaire d'Histoire de France Perrin 1981, page 486):

« Si l'on ruine mon peuple, qui me nourrira ? Qui soutiendra les charges de l'Etat ? Qui paiera les redevances ? C'est lui qui nous fait tous vivre ».

Il y a bien des sinistres des finances qui devraient méditer !

Hérault de Séchelles

naquit à Paris le 15 novembre 1759 sous le nom de Marie-Jean Hérault de Séchelles. A dix-huit ans, il fut présenté à la reine Marie-Antoinette par sa cousine (Yolande de Polignac). La reine le fit nommer « avocat du roi au Châtelet » en 1777 puis avocat général au parlement de Paris en 1785.

Malgré les faveurs extraordinaires dont il bénéficia de la part de la royauté, il rejoignit la Révolution dès la prise de la Bastille (14 juillet 1789).

*Il fut élu député à l'assemblée législative en 1791, assuma différentes responsabilités dans les comités révolutionnaires, fut président de l'Assemblée en novembre 1792 puis fut envoyé en mission dans le nouveau département du Mont Blanc. C'est à cette occasion qu'il résida à Chambéry.

*Il y était encore lorsque eurent lieu les débats sur la mise en accusation de Louis XVI (du 10 au 26 décembre 1792) et lors des votes qui amenèrent la condamnation à mort de Louis XVI (du 16 au 19 janvier 1793). Mais, absent des votes, il fit savoir qu'il aurait voté la mort du roi.

*Cela ne lui porta pas chance (comme à beaucoup d'autres) car proche de Danton, il fut mis en accusation en même temps que Danton et ses amis et guillotiné le 5 avril 1794.

II sur l'Hôtel d'Allinges 104 rue Juiverie :

L'inscription indique la présence de Don Philippe (Don Felipe) infant d'Espagne pendant l'occupation espagnole de la Savoie, et du général de Montesquiou ; explications :

L'Infant d'Espagne :

*La mort le 19 octobre 1740 de Charles VI empereur du Saint empire romain germanique entraîna une guerre qui dura 8 années et qui est connue sous le nom de « guerre de succession d'Autriche ».

Charles VI avait désigné sa fille Marie-Thérèse pour lui succéder. Mais il y avait bien d'autres prétendants qui prétextèrent qu'une femme ne pouvait diriger le Saint Empire ! (de mon avis, pour que des femmes chefs d'Etat fassent pire que beaucoup d'hommes, il faudrait vraiment qu'elles en fassent exprès!).

*Le roi de Prusse (Frédéric II) le premier entra en guerre contre l'Autriche. Il parvint à entraîner avec lui la France de Louis XV, puis l'Espagne, le royaume de Naples, la Suède, la République de Gênes. Durant le même temps, l'Autriche parvenait à obtenir l'alliance de la Grande Bretagne, des Provinces Unies (ancien nom des Pays-Bas), du royaume de Hanovre, du royaume de Sardaigne, de la Russie.

*L'Electorat de Bavière et le royaume de Saxe furent d'abord avec la Prusse puis dans un second temps avec l'Autriche.

*Il y eut de très nombreuses batailles. La France participa à beaucoup de ces batailles principalement contre les Anglais (dont la bataille de Fontenoy le 11 mai 1745 qui se termina par la victoire française), les Hollandais, les Autrichiens...et notre armée l'emporta souvent.

Après 8 années de guerres qui avaient épuisé les belligérants, une paix fut signée à Aix-la-Chapelle (Aachen) le 18 octobre 1748. La Prusse y gagnait d'importants gains territoriaux dont la Silésie. Malgré ses nombreuses victoires, la France n'obtint rien. C'est de là que naquit l'expression : « travailler pour le roi de Prusse » !

*C'est dans le contexte de cette guerre que la France avait envahi le Piémont pendant que l'Espagne envahissait et occupait la Savoie. De là l'inscription sur l'installation de l'infant d'Espagne à Chambéry.

*Les Espagnols arrivèrent par le sud : col du Galibier qu'ils franchirent le 31 août 1742. Le duché de Savoie était dépourvu de troupes piémontaises, l'invasion se fit donc sans coup férir et dès le 7 septembre 1742, les Espagnols entraient à Chambéry.

*Fin septembre, début octobre 1742 le roi de Sardaigne Victor-Amédée II lança une contre-attaque par la Maurienne et la Tarentaise et refoula les Espagnols qui se regroupèrent sur le territoire français (région de Fort Barraux/Chapareillan dans l'Isère).

*L'Espagne envoya des renforts et dans la nuit du 18 au 19 décembre 1742, les Espagnols passèrent une nouvelle fois la frontière et ce furent les Piémontais qui durent s'enfuirent.

*L'Infant arriva à Chambéry le 5 janvier 1743 et s'installa au château, mais dès le 28 février 1743, un incendie détruisit le château que les autorités espagnoles firent passer pour un accident mais sans que l'on sache très bien si il s'agissait d'un accident ou d'un acte de sabotage contre l'occupant.

Dans la nuit l'Infant se réfugia à l'Hôtel d'Allinges et y resta durant toute l'occupation qui ne se termina qu'après le traité d'Aix-la-Chapelle.

*Don Philippe quitta Chambéry le 25 décembre 1748, mais le départ des troupes espagnoles s'échelonna jusqu'à fin février 1749. Durant les années d'occupation, la population du Duché de Savoie fut soumis à d'importantes réquisitions pour assurer la subsistance des troupes espagnoles.

*Quant au château de Chambéry, les Espagnols l'avaient laissé en ruines. Il fut restauré dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Le général de Montesquiou :

*naquit à Paris le 17 octobre 1739 sous le nom de Anne-Pierre de Montesquiou. Il fit une carrière militaire avec un avancement rapide : lieutenant au régiment Royal-Pologne en 1756, capitaine au régiment du Roi en 1757, colonel aux Grenadiers de France en 1758, aide-maréchal des logis en 1761, maréchal de camp en 1780, élu le 16 mai 1789 député de la noblesse aux Etats-Généraux, se rallia au Tiers-Etat le 25 juin 1789.

*Fut chargé de l'armée du midi et envahit la Savoie le 22 septembre 1792. Voir la fiche N° 71 http://jean.delisle.over-blog.com/article-la-revolution-francaise-et-la-savoie-109795056.html.

*Il mourut à Paris le 30 décembre 1798

III sur l'hôtel des Marches de Bellegarde rue Croix d'Or (N°13 à 25)

C'est là que furent hébergés Hérault de Séchelles durant la Révolution (voir au point I ci dessus), le pape Pie VII en 1804 et Napoléon en 1805.

Pie VII

naquit le 14 août 1742 à Cesena (province de Forli, région Emilie-Romagne, proche de l'Adriatique), sous le nom de Barnaba Niccolo Maria Luigi Chiaramonti.

Le 2 octobre 1756 il entra comme novice à l'abbaye bénédictine de Santa Maria del Monte à Cesena. Il fut ordonné prêtre le 21 septembre 1765.

*Après être passé par Saint Paul Hors-les-Murs à Rome puis par l'abbaye San Giovanni à Parme (Emilie-Romagne), il fut nommé évêque le 16 décembre 1782 à Tivoli (dans le Latium à une trentaine de kms à l'est de Rome) puis Cardinal le 14 février 1785 à Imola (province de Bologne en Emilie-Romagne). Il y était encore lorsque la ville d'Imola fut envahie par l'armée française en juin 1796.

*Quelques mois plus tard (dans la nuit du 19 au 20 février 1798) à Rome, le pape Pie VI était enlevé par l'armée française et retenu prisonnier successivement à Sienne, Bologne, Parme, Turin, Briançon, Grenoble et Valence où il décéda le 29 août 1799.

*Rome étant occupée un conclave s'ouvrit le 30 novembre 1799 dans l'île de San Giorgio Maggiore (dans la lagune de Venise) et le 14 mars 1800, le cardinal Chiaramonti était élu pape sous le nom de Pie VII.

*Après la victoire de Marengo (14 juin 1800), la France récupéra l'Italie du Nord et le nouveau pape put regagner Rome le 3 juillet 1800. Il ratifia le Concordat le 14 mai 1801 et récupéra les Etats Pontificaux en 1803

*C'est donc dans un contexte de relations nettement améliorées avec la France que le pape accepta de venir couronner Napoléon empereur à Notre-Dame de Paris le 2 décembre 1804 et c'est à l'occasion de ce voyage que le pape fut hébergé à Chambéry.

*Les bonnes relations Pie VII/Napoléon prirent fin lorsque le pape refusa d'appliquer le blocus continental qui avait été décidé par le décret impérial prit à Berlin le 21 novembre 1806.

*Rome était à nouveau occupée militairement à partir du 2 février 1808, les Etats Pontificaux annexés le 17 mai 1809. Le pape répondait par une bulle d'excommunication (de Napoléon) en date du 10 juin 1809.

*dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809, Pie VII était fait prisonnier puis détenu successivement à Florence, Alexandrie, Grenoble, Savone puis Fontainebleau. C'est durant le transfert de Savone à Fontainebleau que le pape tomba malade le 12 juin 1812 et fut soigné à l'hospice du col du Mont Cenis .

*En janvier 1814, Napoléon décida de libérer le pape et de lui restituer ses Etats. Le pape quitta la France le 23 janvier 1814 et fit un retour triomphal à Rome le 14 mai 1814.

*Pie VII décéda à Rome le 20 août 1823

Napoléon 1er :

En Italie du Nord il créa un royaume dont il se fit couronner roi à Milan le 26 mai 1805 (voir la fiche N°22 http://jean.delisle.over-blog.com/article-l-italie-sous-napoleon-1er-61707999.html). C'est à l'occasion de ce voyage à Milan qu'il fut hébergé à Chambéry là où, peu de mois avant, avait été hébergé Pie VII.

J.D. 21 avril 2015

P.S. La récapitulation thématique des notes de ce blog se trouve sur la fiche N°76 http://jean.delisle.over-blog.com/article-blog-liste-des-articles-111165313.html,

la récapitulation des illustrations se trouve sur la fiche N°219 http://jean.delisle.over-blog.com/2015/01/illustrations-jointes-aux-notes-du-blog-n-219.html

inscriptions à Chambéry rue Saint Réal, rue Juiverie et rue Croix d'Or

inscriptions à Chambéry rue Saint Réal, rue Juiverie et rue Croix d'Or

sacre d'Henri IV en la cathédrale de Chartres le 27 février 1594, dessin de Desmaretz fin XVIe siècle

sacre d'Henri IV en la cathédrale de Chartres le 27 février 1594, dessin de Desmaretz fin XVIe siècle

Partager cet article
Repost0