Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 16:42

Refrain :

Allobroges vaillants ! Dans vos vertes campagnes

Accordez-moi toujours asile et sûreté

Car j'aime à respirer l'air pur de vos montagnes

Je suis la Liberté ! La Liberté !

Couplet 1 :

Je te salue, ô terre hospitalière

Où le malheur trouva protection

D'un peuple libre arborant la bannière

Je vins fêter la constitution

Proscrite hélas ! J'ai dû quitter la France

Pour m'abriter sous un climat plus doux

Mais au foyer a relui l'espérance

En attendant, en attendant je m'arrête chez vous .

Couplet 2 :

Au cri d'appel des peuples en alarme,

J'ai répondu par un cri de réveil ;

Sourds à ma voix, ces esclaves sans armes

Restèrent tous dans un profond sommeil

Relève-toi ma Pologne héroïque !

Car pour t'aider je m'avance à grands pas ;

Secoue enfin ton sommeil léthargique,

Et je le veux, et je le veux, tu ne périras pas !

Couplet 3 :

Un mot d'espoir à la belle Italie :

Courage à vous, Lombards, je reviendrai !

Un mot d'amour au peuple de Hongrie !

Forte avec tous, et je triompherai

En attendant le jour de délivrance,

Priant les Dieux d'apaiser leur courroux,

Pour faire luire un rayon d'espérance

Bons Savoisiens, Bons Savoisiens, je m'arrête chez vous !

Composition :

Le « chant des Allobroges » fut d'abord une mélodie composée, probablement en 1855, par Canterno, un chef de musique du 6ème régiment (du royaume de Sardaigne), et intitulée « la prise de Sébastopol » en souvenir de la bataille de Sébastopol (1854/1855) dans le cadre de la participation du Royaume de Sardaigne à la guerre de Crimée aux côtés de la France, de l'Angleterre et de l'empire ottoman contre la Russie. L'armée du royaume de Sardaigne en Crimée était commandée par Alfonso La Marmora.

Cette mélodie eut beaucoup de succès et en 1856 Joseph Dessaix (neveu du général Dessaix qui commanda la Légion des Allobroges en 1792) composa des paroles en une nuit (comme l'avait fait Claude Joseph Rouget de Lisle en avril 1792 pour La Marseillaise) et les paroles en furent chantées pour la première fois au théâtre de Chambéry le 11 mai 1856 pour la « fête du statut », sous le nom de « La Liberté » qui deviendra ensuite le « chant des Allobroges ».

Ultérieurement d'autres couplets ou d'autres paroles furent composés. Contexte :

L'année 1848 avait été appelée « l'année des Révolutions » ou « l'année du printemps des Peuples ». Il y avait eu en effet des mouvements insurrectionnels un peu partout en Europe sauf dans le royaume de Sardaigne ou régnait le roi Charles Albert qui avait accordé, le 4 mars 1848, une constitution qui avait transformé la monarchie au pouvoir absolue en monarchie « parlementaire ». Voir la fiche N° 180 http://jean.delisle.over-blog.com/2014/06/le-code-civil-savoyard-n-180.html

L'empire d'Autriche occupait la partie sud de la Pologne depuis 1846, tandis que la Russie occupait l'essentiel de la Pologne depuis 1813. Laquelle Autriche occupait aussi la Hongrie et toute l'Italie du nord (Vénétie et Lombardie). En 1848, les Vénitiens d'abord puis la Lombardie se soulevèrent contre l'occupant autrichien.

Charles-Albert se porta à leur secours mais fut vaincu par les Autrichiens à la bataille de Novarre le 23 mars 1849.

En France Napoléon Bonaparte le « neveu » était devenu le premier (et le dernier) président de la seconde République française puis avait pris le pouvoir suite au coup d'Etat du 2 décembre 1851. Le second empire fut considéré par les opposants comme une dictature et certains (tel Victor Hugo) se réfugièrent en Belgique, dans les îles anglo-normandes ou en Savoie....

Dans la chanson, la Liberté a quitté la France, se réfugie en Savoie et promet la Liberté aux Polonais, aux Italiens, aux Hongrois.

La « fête du statut » en 1856, à Chambéry, avait pour but de commémorer le « statut fondamental » accordé par Charles-Albert en mars 1848. Mais 4 ans après cette commémoration de 1856, les Savoyards se « donnaient » à la France et se réalisait l'unité de l'Italie.

J.D. 16 août 2014

Sur l'histoire des Allobroges voir les fiches 27/28 http://jean.delisle.over-blog.com/article-les-allobroges-62129941.html

ajout de décembre 2020 :

https://webmail.sfr.fr/fr_FR/main.html#read/VF_pertinent/181152

Statue de la Liberté, photos Claire Legrand le 15 octobre 2005

Statue de la Liberté, photos Claire Legrand le 15 octobre 2005

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 10:17

Victor-Emmanuel II

Victor-Emmanuel II est né à Turin le 14 mars 1820 au Palais Carignan (Carignano) et il est décédé à Rome le 9 janvier 1878. Il est officiellement le fils de Charles-Albert qui fut roi de Sardaigne et de Marie-Thérèse de Habsbourg-Toscane. Mais certains historiens soutiennent la thèse selon laquelle Victor-Emmanuel II serait un enfant d'origine populaire pris pour remplacer le véritable fils de Charles-Albert qui serait mort au berceau à Florence lors d'un incendie.

Il devint roi de Sardaigne après l'abdication de Charles-Albert suite à la défaite de Novare, contre les Autrichiens, le 23 mars 1849. Il appela Camillo Benso Comte de Cavour à la présidence du Conseil du royaume de Sardaigne le 4 novembre 1852.

Ils firent alliance avec la France de Napoléon III pour vaincre les Autrichiens qui avaient annexé le royaume Lombard-Vénitien, c'est à dire la partie la plus riche et la plus peuplée de l'Italie du nord. De ces événements découlèrent l'unité de l'Italie ainsi que la réunion du duché de Savoie et de l'ancien comté de Nice à la France. C'est le 17 mars 1861 que Victor-Emmanuel II devint roi d'Italie.

Victor-Emmanuel II épousa le 12 avril 1842 sa cousine Marie-Adélaïde de Habsbourg-Lorraine.

 

A Aix-les-Bains

Victor-Emmanuel II et Marie-Adélaïde vinrent à Aix-les-Bains :

 

*le 30 mai 1850 : pour l'inauguration officielle du Casino Grand Cercle. Quelques temps après, les souverains firent don au Casino Grand Cercle de leurs portraits peints par Gonin, artiste de Turin très réputé,

 

*le 29 juin 1851 : les souverains revinrent à Aix, au Casino, pour inaugurer leurs portraits qui avaient été placés dans la salle de danse de l'époque (actuel foyer du théâtre). Ces portraits ont aujourd'hui disparu. En quittant le Cercle, ces portraits furent d'abord exposés au Musée Lepic (actuel Musée archéologique dans le temple dit de Diane). Ces portraits ont pu disparaître à l'occasion du transfert des peintures du Musée Lepic au Musée Faure (ouvert le 8 novembre 1973). Ou bien ils furent alors rapatriés dans les réserves du Casino et auraient disparu en 1991 lorsque les sous -sols furent vidés pour implanter les machines à sous et ouvrir un pub « irlandais ».

 

*le 1er septembre 1857 : Ce jour là, Victor Emmanuel II inaugura le pont ferroviaire de Culoz sur le Rhône. Ce pont permit la jonction entre le réseau ferré savoyard et le réseau français. Côté savoyard le réseau ferré s'arrêtait alors à Saint Jean-de -Maurienne. Ce n'est qu'en septembre 1871, grâce au percement du tunnel du Mont Cenis que le réseau ferroviaire put rejoindre l'Italie. Cette inauguration s'est faîte en présence de Jérôme Bonaparte (cousin de Napoléon III), représentant la France (en 1859, Jérôme Bonaparte épousa Clotilde de Savoie, fille aînée de Victor Emmanuel II), de Cavour, alors Président du Conseil du royaume de Sardaigne et de Pierre Paleocapo Ministre des Travaux Publics du royaume de Sardaigne. Le soir, Victor-Emmanuel II, la reine Marie-Adélaïde et les personnalités dinaient au Casino Grand Cercle. En 2010, pour le cent-cinquantième anniversaire de la réunion de la Savoie à la France, un diner eut lieu le 1er septembre au Casino Grand Cercle d'Aix, avec le même menu que le 1er septembre 1857.

 

*le 2 septembre 1857 : Victor-Emmanuel II posa la première pierre d'une extension des thermes d'Aix-les-Bains (il s'agit de la partie nord-est des thermes qui furent utilisés jusqu'à la fin du XXe siècle). Cette première pierre avait été détachée le 31 août 1857, lors de l'inauguration de la percée du Mont Cenis.

 

Suites :

Après la réunion de la Savoie à la France, Napoléon III et l'impératrice Eugénie vinrent faire un voyage dans les nouveaux territoires réunis. C'est le 20 août 1860 qu'ils visitèrent le Casino Grand Cercle d'Aix-les-Bains. Voyant les portraits (encore présents) de Victor-Emmanuel et de Marie-Adélaïde, ils décidèrent eux-aussi de faire don de leurs portraits au Casino. Ce qui fut fait au moyen de tableaux peints par Winterhalter. Mais ces tableaux ont également disparu.

Le 22 juillet 1830, le roi de Sardaigne Charles-Félix et la reine Marie-Christine étaient déjà venus, eux-aussi au Cercle d'Aix-les-Bains. A cette époque, les bâtiments du Casino n'étaient pas encore construits et le Cercle se tenait dans le château qui avait été loué par le Cercle au marquis d'Aix (l'actuelle Mairie). Lors de la visite de Charles-Félix, son buste ornait la cheminée de la grande salle du Cercle (actuelle salle du Conseil municipal). Ce buste, lui aussi, a disparu

 

Mais où sont donc passés ces tableaux et ce buste qui faisaient partie du patrimoine local ?

 

 

J.D. 1998, mise à jour 24 octobre 2010.

 

 

Victor Emmanuel II à Aix-les-Bains

Victor Emmanuel II à Aix-les-Bains

Partager cet article
Repost0