Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2021 3 03 /02 /février /2021 14:00

Piazza Venezia N° 683

 

La piazza Venezia à Rome occupe une des extrémités de la rue des Forums Impériaux (via dei Fori Imperiali) ; à l’autre extrémité se trouve le Colisée.

La piazza Venezia est bordée : au nord par le palazzo Bonaparte, à l’Ouest par le palazzo Venezia et l’église San Marco, au sud par le Vittoriano, à l’est par l’immeuble des assurances générales de Venise (souvent appelées « Generali », société austro-hongroise fondée le 26 décembre 1831, devenue italienne en 1918) et au sud-est on trouve la colonne Trajane, les forums romains etc.

 

*le palazzo Bonaparte : ce palais est situé à l’angle de la via del Corso, de la via del Plebiscito et de la piazza Venezia. Il fut construit en 1660 pour la famille des marquis d’Aste.

A partir de 1815, il abrita plusieurs membres de la famille Bonaparte dont Letizia la mère de Napoléon. Née le 24 août 1770, elle décéda dans ce palais de Rome le 8 février 1836 et fut inhumée dans l’église Santa Maria in via Lata située à environ 150 mètres du palazzo Bonaparte le long de la via del Corso.

Après différents propriétaires privés, ce palais fut cédé en 1972 à Assitalia une filiale de Generali et utilisé comme lieu d’expositions depuis 2009.

 

 

*le palazzo Venezia : la construction commença en 1455 à l’initiative du cardinal Pietro Barbo et se poursuivit lorsque ce Pietro devint le pape Paul II en 1464 (il aura ainsi été successivement Pierre et Paul!). Ce bâtiment hébergea le roi de France Charles VIII lors de son passage à Rome en 1494 et 1495. Il fut donné en 1564 à la République de Venise pour installer son ambassade à Rome d’où son nom de palazzo Venezia et celui de la place devant ce palais. En 1797, il revint à l’Autriche puis à la France de 1806 à 1815. Enfin Mussolini s’y installa en 1922 lorsqu’il devint le chef du gouvernement italien. C’est du balcon, au premier étage de ce palais, qu’il déclara la guerre à la France le 10 juin 1940, le soir vers 18 heures (le coup de poignard dans le dos!) . Une foule importante s’était massée sur la place Venezia (entre 100.000 et 400.000 selon les auteurs) et beaucoup agitaient des drapeaux italiens : vert, blanc, rouge mais à l’époque de la royauté avec la croix de Savoie au centre ; ainsi des centaines de croix de Savoie s’agitèrent piazza Venezia pour approuver la déclaration de guerre à la France !!!!!

Depuis la guerre, le palais est devenu un musée et le siège de la bibliothèque de l’institut d’Art et d’Archéologie.

Sur Mussolini, voir les notes 161, 185 et 397 ; sur la croix de Savoie, la note N° 46.

 

*la basilique San Marco : elle se trouve sur le côté est du palazzo Venezia et en face du Vittoriano ; entre les deux : la piazza San Marco dans laquelle débouche la via San Marco (de quoi se croire à Venise!) ;

Sur l’emplacement de cette basilique une première église dédiée à Saint Marc l’Évangéliste avait été érigée au quatrième siècle à la demande d’un Marc qui fut élu pape le 18 janvier 336 et le fut jusqu’à son décès le 7 octobre 336. Il est inhumé dans cette basilique Saint Marc, ainsi que Vanozza Catanei, une des maîtresses du pape Alexandre VI et mère de César Borgia et de Lucrèce Borgia. Cette basilique a été reconstruite au IXè siècle et a connu diverses extensions dont la construction du clocher au douzième siècle.

 

*le Vittoriano : Ce palais fut élevé à partir de 1885 à la gloire de Victor-Emmanuel II sous le règne duquel se fit l’unité de l’Italie. Le bâtiment fut inauguré en 1911, malgré que les travaux ne furent terminés qu’en 1927; mais l’année 1911 fut celle d’une exposition universelle tenue à Turin du 29 avril au 19 novembre 1911 ainsi que le cinquantenaire de la proclamation du royaume d’Italie (17 mars 1861). Son architecture s’inspire d’un temple grec du second siècle avant notre ère dédié à Zeus et construit à Pergame (ville située aujourd’hui en Turquie proche de la côte de la mer Égée). Ce temple grec fut démonté au XIXè siècle par les Allemands et remonté à Berlin où il se trouve encore.

Le monument a 80 mètres de haut sur 130 de large et la statue équestre de Victor-Emmanuel II, 12 mètres de haut.

On trouvera en illustration une très belle photo de ce palais (emprunt au net) avec l’indication de tous ses symboles. La tombe du soldat inconnu italien fut ajouté en 1921. Victor-Emmanuel II est, lui, inhumé au Panthéon (de Rome).

J.D. 3 février 2021

le Vittoriano

le Vittoriano

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 15:11

Les chemises rouges N° 682

 

Les chemises rouges des Garibaldiens sont beaucoup plus connues que celles du temps de la Révolution française. Sur les Garibaldiens voir la note N° 383 http://jean.delisle.over-blog.com/2017/08/les-chemises-rouges-de-la-legion-italienne-n-383.html ;

sur celles de la Révolution, explications :

Au moment de la Révolution, en France on eut successivement :

*l’Assemblée Constituante à compter du 17 juin 1789

*qui se transforma en Assemblée nationale Constituante le 9 juillet 1791. Celle-ci adopta une Constitution d’une monarchie parlementaire le 3 septembre 1791 ce qui entraîna le changement de nom de cette assemblée en « Assemblée nationale Législative ».

*L’abolition de la royauté le 21 septembre 1792 amena la proclamation de la République et de la « Convention Nationale » qui fut elle-même remplacée en octobre 1795 par le Directoire et celui-ci par le Consulat enfin par l’Empire. C’est sous le régime de la Convention nationale qu’avait été créé le tribunal révolutionnaire le 10 mars 1793.

*C’est durant la période de « l’Assemblée nationale » Constituante puis Législative que fut voté entre le 25 septembre 1791 et le 6 octobre de la même année, un code pénal qui remplaça les anciens textes royaux avant de céder lui-même la place au code pénal impérial de 1810.

*Voici l’article 4 du titre premier du code pénal de 1791 :

« Quiconque aura été condamné à mort pour crime d'assassinat, d'incendie ou de poison, sera conduit au lieu de l'exécution revêtu d'une chemise rouge. Le parricide aura la tête et le visage voilés d'une étoffe noire ; il ne sera découvert qu'au moment de l'exécution. » . *Sur les tableaux qui représentent des exécutions durant la Révolution, on voit très peu de chemises rouges. Y aurait-il eu plus de condamnés que de chemises disponibles ? Notre pauvre France ayant la réputation d’être toujours en retard d’une guerre, cela n’aurait rien de surprenant ! Voici néanmoins quelques cas de condamnés qui revêtirent la chemise rouge avant leur exécution :

*Charlotte Corday exécutée le 17 juillet 1793 pour avoir assassiné Marat dans sa baignoire.

*9 habitants d’Orléans guillotinés le 13 juillet 1793. Un député nommé Léonard Bourdon (1754/1807, surnommé de son temps Léopard Bourdon) qui siégeait avec les Montagnards avait été envoyé en mission à Orléans. Arrivant à la mairie le 16 mars 1793, il fut pris à partie par des habitants et blessé. Cela fut considéré comme un attentat. Trois commissaires furent envoyés à Orléans pour enquêter. Ils déclarèrent la ville « en état de rébellion ». 13 citoyens furent arrêtés et emprisonnés à la Conciergerie à Paris dont 9 furent guillotinés.

*54 citoyens accusés d’avoir projeté l’assassinat de Robespierre et de Collot d’Herbois furent guillotinés le 17 juin 1794 et inhumés au cimetière de Picpus à Paris. Cela ne sauva pas Robespierre (Maximilien qui finit guillotiné le 28 juillet 1794 après avoir fait tomber pas mal de têtes !) Ni Collot d’Herbois qui avait réprimé dans le sang un soulèvement à Lyon et qui, lui, fut déporté en Guyane où il mourut en 1796. Parmi les guillotinés du 17 juin 1794 : une Parisienne âgée de 19 ans (Charlotte Corday en avait 25) : Cécile Renault accusée d’avoir voulu assassiner Robespierre. Son père, son frère et sa tante furent également exécutés en représailles !

On trouvera en illustration le portrait de cette Cécile Renault ; elle le mérite bien !

J.D. 26 janvier 2021

récapitulation des notes de ce blog qui concernent peu ou prou la Révolution française :

 

*Les chemises rouges (N°682)

*Alexandre Dumas et Marie-Antoinette (N°637)

*Elisabeth de France (N°634)

*Les Chouans et les Vendéens : Balzac, Dumas, Hugo (N°631)

*Marie-Adélaïde de Savoie (N°576)

*L'épée de Louis XIV (N°492)

*Les frères de Maistre (N°362)

*Les Présidents de la République (N°332)

*Vandales et vandalisme (N°312)

*L'Islande (N°301)

*Pâques 1916 (N°281)

*Manon Roland (N°280)

*L'Isère, un paradoxe parmi beaucoup d'autres (N°268)

*Guillotine et Guillotin (N°264)

*La presse au temps de la Révolution (N°263)

*Les Savoyards en mai 1790 (N°262)

*Jean-Paul Marat (N°260)

*Les Autrichiennes (N°259)

*Les derniers rois de France (N°258)

*Louis XVI (N°257)

*Lyon et les Jacobins (N°256)

*Les Marseillais (N°255)

*L'année 1794 en France (N°254)

*Varennes (N°253)

*Les Girondins (N°251)

*Louis XVI et Nantes (N°245)

*Inscriptions chambériennes (N°236)

*Marceau à Chartres (N°218)

*Charlotte Corday (N°213)

*Analyse d'une défaite (N°154)

*La loi de séparation (N°125)

*La Savoie de 1792 à 1914 (N°106)

*Joséphine à Aix (N°99)

*Avignon et la Révolution (N°95)

*La Révolution française (N°92)

*Alexandre Dumas et le drapeau (N°91)

*La Révolution française et la Savoie (N°71)

*Philippine de Sales et le Piémont (N°52)

*Rouget de Lisle (N°49)

 

 

 

 

portrait de Cécile Renault

portrait de Cécile Renault

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 11:15

Italie et Savoie, destins croisés N°681

 

Beaucoup de gens pensent que la Savoie fut italienne dans le passé. Eh bien non, ce furent les souverains de la dynastie Savoie qui devinrent souverains en Italie. Petit rappel :

*A l’occasion des guerres contre Carthage (-264/-146), les Romains s’étaient emparés successivement de la Sicile, de la Sardaigne, de la Corse, des îles Baléares, du nord de l’Espagne, puis de toute l’Espagne, de la Grèce, d’une partie de l’Afrique du Nord et enfin de la route côtière qui mène d’Italie en Espagne (à travers la Gaule).

*Comme les Gaulois du sud de la Gaule coupaient fréquemment cette route, à partir de l’an -125, les Romains entreprirent la conquête de l’arrière pays. Pendant qu’ils combattaient les Salyens (qui occupaient l’actuelle Provence), des Allobroges (qui, eux, occupaient la rive gauche du Rhône de Genève à Romans, ce qui représentait une grande partie des actuels départements de Haute-Savoie, de Savoie et de l’Isère ; voir la fiche N°28) vinrent au secours des Salyens. Ce fut le premier contact entre des ancêtres des Savoyards et ceux des Italiens. Si l’on doute que les Italiens s’identifient comme descendants des Romains, il suffit d’écouter l’hymne national italien (Fratelli d’Italia appelé également « inno di Mameli » ou « il canto degli Italiani ») où il est question de Scipion, des cohortes...

*Vaincus par les Romains, les Allobroges rebroussèrent chemin mais ils furent poursuivis.

Les Arvernes (qui occupaient l’Auvergne) étant venus renforcer les Allobroges, une grande bataille le 8 août -121 au confluent du Rhône et de l’Isère (donc vers Romans) opposa les Gaulois et les Romains. Malgré une très importante supériorité numérique, les Gaulois furent vaincus. Les Romains en profitèrent pour annexer tout le pays des Allobroges qu’ils nommèrent « cité de Vienne » et cette cité fut rattachée à la Narbonnaise. Les Allobroges et les Romains eurent ainsi un destin commun durant six siècles sous la coupe de Rome.

*Dans les derniers temps de l’empire romain d’Occident, les Romains laissèrent les Burgondes s’installer dans l’est de France.

Ainsi après la fin de l’empire romain d’Occident en l’an 476, se constitua un premier royaume de Bourgogne auquel appartint la Savoie. Les Burgondes furent vaincus par les Francs en 532 et la Savoie passa sous la coupe des Carolingiens jusqu’à la constitution d’un nouveau royaume de Bourgogne en 933.

*Avant de mourir le 6 septembre 1032, Rodolphe III dernier roi de Bourgogne avait, par testament, légué son royaume au Saint Empire Romain Germanique (proclamé en 962).

*trop éloigné pour gérer ce territoire, l’empereur germanique Conrad II le Salique donna (probablement en 1034) un titre de comte à un savoyard prénommé Humbert et qui fut plus tard surnommé Humbert aux Blanches Mains. Cet Humbert possédait 2 châteaux en Savoie : l’un aux Echelles, l’autre en Maurienne (château de Charbonnière au dessus d’Aiguebelle) ; il fut le fondateur de la dynastie Savoie.

*Othon ou Oddon troisième comte de Savoie épousa Adélaïde de Suse, en 1045, ce qui permit aux Savoyards de prendre pied en Piémont en récupérant Turin, Suse, Pignerol…

*C’est le 6 février 1295 que le comte de Savoie Amédée V acheta le château de Chambéry et y installa son administration. Le Granier s’était écroulé le 24 novembre 1248, alors que le village de Saint André était plus important que Chambéry et mieux placé. Sa disparition favorisa Chambéry.

*C’est en 1416 que l’empereur germanique Sigismond donna le titre de duc aux comtes de Savoie sous le règne d’Amédée VIII qui fut donc le dernier comte et le premier duc de Savoie.

*les successeurs agrandirent lentement mais sûrement leur domaine des deux côtés des Alpes.

*De 1536 à 1559, la France de François 1er puis d’Henri II occupa la Savoie. Lorsque le duc Emmanuel-Philibert récupéra ses territoires, dès 1562, il transféra sa capitale de Chambéry à Turin.

*En outre, au traité de Lyon en 1601, le roi de France Henri IV enleva aux Savoyards la Bresse, le Bugey, le Valromey et le pays de Gex. Durant le même temps, les souverains de Savoie continuaient l’extension de leurs territoires côté italien.

*En 1713, les ducs de Savoie obtenaient le titre de roi de Sicile, titre qui fut remplacé dès 1720 par celui de roi de Sardaigne.

*En septembre 1792, les troupes révolutionnaires françaises s’emparaient de la Savoie et de Nice jusqu’à la chute de Napoléon.

*De 1815 à 1860, le royaume de Sardaigne investit beaucoup en Savoie, mais céda Savoie et Nice en échange de l’aide militaire de la France de Napoléon III pour vaincre l’Autriche (en 1859) ce qui permit au royaume de Sardaigne de récupérer la Lombardie, puis ensuite la Vénétie (par une alliance avec la Prusse toujours contre l’Autriche) puis l’Italie du sud suite aux campagnes de Garibaldi… Enfin furent proclamés l’unité et le royaume d’Italie à compter du 17 mars 1861 ; Victor-Emmanuel II dernier roi de Sardaigne devenant le premier roi d’Italie pendant que cette dynastie perdait, au profit de la France, le berceau de ses origines.

*Durant la première guerre mondiale, France et Italie avaient eu les mêmes ennemis et à l’issue de cette guerre, les journalistes avaient proclamé que France et Italie étaient « des sœurs latines ».

*Le 10 juin 1940, alors que la France était déjà vaincue par l’Allemagne, par une simple déclaration à la radio italienne, Mussolini déclarait la guerre à la France. Il revendiquait : l’ancien duché de Savoie, l’ancien comté de Nice, la Corse, la Tunisie et Djibouti ! Dans cette même allocution, il déclara que la France n’était pas une sœur latine (sorella latina) mais une « sorella latrina » ! (pas besoin de traduction!)

*L’armée italienne tenta l’invasion mais notre armée des Alpes (la seule qui ne fut pas vaincue en 1940) résista. L’avance foudroyante de l’armée allemande sur les arrières de l’armée des Alpes, obligea à cesser les combats. Marginalement, l’Italie récupéra quelques communes de Haute-Maurienne, de Haute-Tarentaise et à la frontière du côté de Nice, dont les habitants devinrent italiens le temps de la guerre.

*Dans les traités d’après guerre, la France récupéra ces communes et même un peu plus.

*En Italie, un référendum, le 2 juin 1946, mettait fin à la royauté et en même temps à la dynastie issue de la Savoie.

*Au premier siècle avant notre ère, Pompée puis César avaient fait ouvrir des routes qui permirent la communication entre Savoie et Italie, puis le dix-neuvième siècle un tunnel ferroviaire et le vingtième un tunnel routier.

*Si Savoie et Italie sont séparées depuis le 14 juin 1860 à midi, elles n’en conservent pas moins un riche passé historique commun (6 siècles au temps de Rome plus 8 siècles sous la dynastie Savoie), ainsi que la présence de nombreux souverains inhumés à Hautecombe dont le dernier roi et la dernière reine d’Italie.

On trouvera en illustration le fronton de la salle de la Grenette à Chambéry où les Chambériens votèrent en 1860 pour la réunion de la Savoie à la France en rappelant que dans les bureaux de vote les électeurs n’eurent alors à leur disposition que des bulletins de vote OUI.

J.D. 22 janvier 2021

 

fronton de la salle de la Grenette à Chambéry, photo J.D. janvier 2021

fronton de la salle de la Grenette à Chambéry, photo J.D. janvier 2021

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2021 7 17 /01 /janvier /2021 15:07

Entre-deux-guerres  N° 680

 

 

On trouvera en illustration à cette note :

*la photo des gymnastes français lors de la cérémonie d’ouverture des jeux olympiques de Berlin le 1er août 1936 ; alors que le premier camp de concentration (Dachau) avait été ouvert en 1933 et que toutes les lois anti-juives avaient été votées en 1935 (ainsi que les lois contre les partis politiques, les syndicats, les francs-maçons etc!)

*une photo prise à Munich le 30 septembre 1938 où l’on voit de gauche à droite : Benito Mussolini, Adolph Hitler, Edouard Daladier et Neville Chamberlain ; les deux derniers venant de livrer la Tchécoslovaquie à Hitler !

Ces deux images me paraissent résumer la situation de l’entre-deux-guerres !

Pour tout un chacun, surtout en France, le 6 juin 1944 est LA date du débarquement allié contre les nazis. En fait le débarquement avait commencé bien plus tôt : dès le 8 novembre 1942 en Afrique du Nord (opération Torch avec un débarquement de 33.000 soldats au Maroc et 74.000 en Algérie) ; dès le 9 juillet 1943 en Sicile (opération Husky) et le 10 juillet 1943 dans le sud de l’Italie (opération avalanche).

En 1943, les Alliés étaient donc maîtres de l’Afrique du Nord et le 19 juin 1943, à Alger, Charles De Gaulle (1890/1970), Henri Giraud (1879/1949) rencontraient Dwight Eisenhower (1890/1969) et le général américain Walter Bedell Smith (1895/1965).

Anglais et Américains poussaient Giraud pour court-circuiter De Gaulle qu’ils ne trouvaient pas assez malléable à leur goût !

Extrait des propos tenus par De Gaulle aux Américains à cette occasion :

«Vous rappelez-vous, qu’au cours de la dernière guerre, la France a eu, quant à la fourniture d’armes à plusieurs pays alliés, un rôle analogue à celui qu’aujourd’hui jouent les États-Unis ? C’est nous, Français, qui avons, alors, entièrement armé les Belges et les Serbes, procuré beaucoup de moyens aux Russes et aux Roumains, doté enfin votre armée d’une grande partie de son matériel. Oui ! Pendant la première guerre mondiale, vous, Américains, n’avez tiré le canon qu’avec nos canons, roulé en char que dans nos chars, volé en avion que sur nos avions…. »

citation extraite de « Mémoires de guerre » tome II.

Ainsi, lors de la première guerre mondiale, notre industrie, non seulement pouvait armer nos militaires mais encore fournir de l’armement à bien d’autres belligérants. C’est un point de vue que je n’avais pas encore, et pourtant je m’intéresse à l’histoire depuis une bonne trentaine d’années.

Vingt-cinq ans plus tard, nous sommes en 1939 (mon année de naissance!) nous déclarons la guerre à l’Allemagne le 3 septembre, mobilisons 5 millions de soldats et attendons que l’Allemagne veuille bien, elle, le 10 mai 1940, transformer notre déclaration de guerre en guerre ! Et lorsque l’Allemagne le décide, notre armée est balayée comme un fétu de paille en 1 mois, et alors que l’Allemagne avait été totalement désarmée en 1919 ! La croix gammée flottait sur l’Arc de triomphe dès le 14 juin 1940.

Mais qu’a donc fait notre pauvre France à tous les dieux de l’Olympe pour tomber aussi bas en aussi peu de temps ? Et pour quelles raisons la puissance industrielle de la France au début du vingtième siècle et son appauvrissement très rapide ensuite ne semblent guère mis en avant dans tous les textes historiques ?

A chacun de trouver une réponse … si tel est son bon plaisir.

Voici deux pistes de réflexion : la gauche domina la vie politique française durant l’entre-deux-guerres (radicaux et socialistes) et surtout, les institutions entraînaient une instabilité politique invraisemblable : Il y eut 4 présidents de la République de 1920 à 1940 : (Alexandre Millerand de 1920 à 1924 ; Gaston Doumergue de 1924 à 1931 ; Paul Doumer en 1931, assassiné le 7 mai 1932 ; Albert Lebrun de 1932 à 1940). Durant le même temps (en 20 ans) il y eut 30 Présidents du Conseil c’est-à-dire 30 gouvernements, avec tout ce que cela suppose comme rivalités de pouvoir, jeux politiques, magouilles des partis... !

La période allant du 3 septembre 1939 au 10 mai 1940 a été appelée « drôle de guerre » mais si l’on admet que les événements de 1939-1940 sont la suite des inconséquences de la période 1920-1940 et surtout des lâchetés de 1933 à 1939, alors il aurait fallu parler de « la drôle entre-deux-guerres » !

J.D. 17 janvier 2021

à Munich 1938, et les sportifs Français le 1er août 1936 à Berlin
à Munich 1938, et les sportifs Français le 1er août 1936 à Berlin

à Munich 1938, et les sportifs Français le 1er août 1936 à Berlin

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2021 5 15 /01 /janvier /2021 11:43

Les 7 péchés capitaux N° 679

 

Après la mort de Louis XV le 10 mai 1774, ce fut son petit-fils qui devint roi de France sous le nom de Louis XVI.

Dès le début mars 1775, le nouveau roi procéda à la nomination de 7 maréchaux que les journaux de l’époque et la population assimilèrent rapidement aux 7 péchés capitaux, à chaque maréchal étant attribué un vice :

le maréchal-duc d’Harcourt représentait la paresse ; le maréchal-duc de Noailles, l’avarice ; le maréchal-comte de Nicolaï la gourmandise ; le maréchal-duc de Fitz-James l’envie ; le maréchal-comte de Noailles l’orgueil ; le maréchal-comte de Muy la colère et le maréchal-duc de Duras la luxure.

La dignité de maréchal fut créée en France en 1185 et chevaucha le titre de connétable jusqu’à la suppression de ce titre en 1627.

Depuis la création du titre 342 personnes furent nommées maréchal en France.

Voici les plus grands et les derniers pourvoyeurs du titre :

*Louis XIV : 54 maréchaux

*Louis XV : 49 ;

*Louis XIII : 32 ;

*Napoléon 1er : 26 dont un durant les 100 jours (en 1815 : Emmanuel Grouchy : mauvaise pioche !) ;

*Louis XVI : 21 (dont les 7 cités ci-dessus) ;

*Napoléon III : 19 dont 7 comme président de la seconde République et 12 comme empereur ;

*François 1er : 11 ;

*Henri IV : 11 ;

*Louis-Philippe : 10 ;

*Louis XVIII 8 dont 2 durant la première restauration (en 1814 ; ce furent Moreau qui était passé à l’ennemi pour combattre Napoléon et Cadoudal à titre posthume qui avait combattu en Vendée les armées de la République)

*Alexandre Millerand président de la troisième République : 5 en 1921 (Joseph Gallieni, Louis Hubert Lyautey, Louis Franchet-d’Espéray, Emile Fayolle, Joseph Maunoury)

*Charles X : 3

*Raymond Poincaré président de la troisième République : 3 : Joseph Joffre (2 J) dès 1916 puis Ferdinand Foch et Philippe Pétain en 1918 (2 »F » et 2 »P » : curieux) . Pétain fut déchu de son titre de maréchal le 15 août 1945. Foch pour sa part obtint également en Angleterre en 1919 le titre de « Field Marshal » et en 1923 en Pologne le titre de « Marzalek Polski » ; il fut ainsi le seul personnage de l’histoire de France a recevoir 3 titres de maréchal !

*Vincent Auriol président de la quatrième République : 3 : Jean-Marie de Lattre de Tassigny, Philippe Leclerc et Alphonse Juin

*François Mitterrand président de la cinquième République : 1 Marie-Pierre Koenig (1898/1970) ; en 1984 à titre posthume.

On trouvera en illustration le portrait d’Albaric Clément (qui n’était pas un Clément sot), né en 1165, mort à Saint Jean d’Acre le 3 juillet 1191 lors de la troisième croisade et qui fut le premier à recevoir de Philippe-Auguste, en 1190, le titre de maréchal.

J.D. 15 janvier 2021

 

 

 

premier maréchal de France

premier maréchal de France

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 17:20

Trois frères et des belles-sœurs N° 678

 

 

Le roi Louis XV (15 février 1710- 10 mai 1774 ; seul roi a être né et mort au château de Versailles) devint roi (avec régence) le 1er juillet 1715 après le décès de Louis XIV son arrière-grand-père. Il fut marié avec Marie Leszczynska. Le mariage se déroula en 2 temps : par procuration à Strasbourg le 15 août 1725 et à Fontainebleau en présence de Louis XV le 4 septembre 1725.

Marie était la fille de Stanislas Leszczynski qui fut roi de Pologne de 1704 à 1709 puis de 1733 à 1736. Soutenu par Charles XII roi de Suède, Stanislas dut s’enfuir de Pologne lorsque Charles XII fut vaincu par les Russes. Il se réfugia en France où sa fille était reine et reçut le 9 juillet 1737 le titre de duc de Lorraine et de Bar. Cela explique la très belle place Stanislas à Nancy ainsi que la statue qui trône en son centre.

Avec Marie, Louis XV eut 10 enfants dont 3 décédèrent en bas-âge. Il en resta 7. En outre, Louis XV eut de nombreuses maîtresses dont les plus connues furent la Pompadour et la Du Barry.
Louis XV rédigea un testament dont une clause particulière reçoit ce commentaire d’Alexandre Dumas (dans « Louis XVI et la Révolution » au chapitre II) :

« Louis XV laissait… un legs de cinq cent mille livres en faveur de chacun de ses enfants naturels ; on assure que l’on en compta soixante, et que trente millions passèrent à cette seule disposition ».

La livre dont il est question dans ce testament est la livre tournois qui doit son nom au fait que les premières pièces frappées le furent à Tours en 1203. Cette livre tournois se décomposait en 20 sous ou 240 deniers. Elle remplaçât la livre parisis et eut cours jusqu’au décret du 18 germinal an III (7 avril 1795) qui créa le franc français.

Le nombre d’enfants légitimes ou naturels de Louis XV laisse penser que beaucoup de Français comptent aujourd’hui, sans le savoir, ce roi dans leurs ancêtres. Ils doivent de même avoir Henri IV ou Charlemagne !

Parmi les enfants de Marie Leszczynska, Louis (4 septembre 1729/20 décembre1765) reçut le titre de dauphin et devait succéder à son père ; mais il décéda avant Louis XV. Ce Louis fut marié de 1744 à 1746 avec Marie-Thérèse d’Espagne puis de 1747 à sa mort en 1765 avec Marie-Josèphe de Saxe qui eut 8 enfants : 5 garçons et 3 filles. Les 2 aînés des garçons moururent jeunes ; le troisième (Louis-Auguste 1754/1793) reçut le titre de dauphin et devint le roi Louis XVI, le quatrième (Louis Stanislas Xavier 1755/1824 fut titré comte de Provence) il devint le roi Louis XVIII ; le dernier (Charles-Philippe 1757/1836) fut titré comte d’Artois et devint le roi Charles X.

Louis Auguste épousa Marie-Antoinette d’Autriche (2 novembre 1755/16 octobre 1793) fille de Marie-Thérèse la grande impératrice d’Autriche ; Louis Stanislas épousa en 1771 Marie-Joséphine de Savoie fille de Victor-Amédée III roi de Sardaigne, tandis que Charles-Philippe se mariait en 1773 avec Marie-Thérèse de Savoie fille, elle également, de Victor-Amédée III. Ainsi les 3 frères qui furent successivement rois de France, épousèrent 3 Marie dont ils furent les maris !

Les deux sœurs, princesses de Savoie, devinrent en même temps belles-sœurs ainsi que de Marie-Antoinette qu’elles détestèrent et à qui elles firent une réputation sulfureuse, ce qui participa probablement à ce que la pauvre Marie-Antoinette en perdit la tête.

Mais des deux princesses de Savoie, Alexandre Dumas, pour sa part, en fit une description au vitriol ! La voici (dans « Louis XVI et la Révolution »):

« M. de Provence près de Marie-Louise-Joséphine de Savoie, sa femme, princesse maigre, noire et envieuse...qui n’avait jamais pu pardonner à Louis XVI d’avoir dit qu’il ne la trouvait pas jolie, et qui répondait, quand on lui parlait de madame du Terrage et de madame de Balbi, qui furent tour à tour, et avec grande affectation, les maîtresses déclarées de M. de Provence : Oh ! Mon Dieu ! Ne lui reprochons pas ces dames, ce sont les seuls objets de luxe que se permette mon mari »

« le comte d’Artois...sa femme est comme madame de Provence, une fille de Savoie, envieuse comme elle, mais bassement bête, mais froidement débauchée. Elle est plutôt laide que belle ; son long nez offre un trait ridicule aux caricatures, qu’on ne lui épargne pas ; son mari lui-même rit des légèretés de sa femme, et va s’en consoler au Palais-Royal avec mademoiselle Duthé ; ce qui fait dire aux plaisants de la galerie que M. le comte d’Artois, ayant eu une indigestion de gâteau de Savoie à Versailles, est venu prendre Duthé à Paris » !

En ce qui concerne Marie-Antoinette, voici un jugement de Dumas dans le même ouvrage :

« Marie-Antoinette, dans cette France qui n’était point sa patrie, trouva une calomnie à chaque pas, comme dans certains pays inconnus on trouve un scorpion ou une vipère sous chaque touffe d’herbe. »

on trouvera en illustration un portrait de Marie Leszczynska, emprunt au net

J.D. 12 janvier 2021

 

 

 

 

Marie Leszczynska

Marie Leszczynska

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 18:34

Pourquoi les chats mangent les souris ? N° 677

 

Quand un grand-père (Victor Hugo) demande à sa petite-fille (Jeanne Hugo alors âgée de 7 ans) pourquoi les chats mangent les souris ?, voici la réponse de l’enfant comme on la trouve dans un poème daté du 4 septembre 1876 et inséré dans « la légende des siècles » :

 

« Dieu fait les questions pour que l’enfant réponde.

Les deux bêtes les plus gracieuses du monde,

Le chat et la souris, se haïssent. Pourquoi ?

Explique moi cela Jeanne.- Non sans effroi

devant l’énormité de l’ombre et du mystère,

Jeanne se mit à rire.-Eh bien ?-Petit grand-père,

Je ne sais pas. Jouons.- et Jeanne repartit :

Vois-tu, le chat c’est gros, la souris c’est petit.

Eh bien ?- Et Jeanne alors, en se grattant la tête,

Reprit :- Si la souris était la grosse bête,

A moins que le bon Dieu là-haut ne se fâchât,

Ce serait la souris qui mangerait le chat. »

 

Dans sa logique, l’enfant avait déjà compris que dans notre monde les gros ont toujours mangé les petits ce que Jean de la Fontaine traduisit dans « les animaux malades de la peste » (texte de 1678) par cette conclusion :

« Selon que vous serez puissant ou misérable

Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » !

 

Jeanne Hugo (Léopoldine Clémence Adèle Lucie Jeanne) naquit à Bruxelles le 29 septembre 1869 et mourut à Paris le 30 novembre 1941 (dans le seizième ; elle fut inhumée dans le cimetière de Passy).

Elle fut la fille de Charles Hugo et d’Alice Le Haene.

Après la mort de son père (à Bordeaux le 13 mars 1871, il fut inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise), sa mère se remaria. Victor Hugo récupéra alors ses 2 petits enfants (Jeanne et son frère Georges, né le 31 mars 1867). Il était alors revenu en France. Il s’était en effet exilé après le coup d’état du 2 décembre 1851, d’abord pour Bruxelles puis pour Jersey et enfin pour Guernesey d’octobre 1855 au 15 août 1870. En 1856, il avait acheté une propriété à Saint-Pierre-Port au 38 de la rue d’Hauteville qu’il appela « Hauteville House ». Ses petits-enfants lui inspirèrent en 1877 : « L’Art d’être grand-père ».

Jeanne Hugo se maria 3 fois : en 1891 avec Léon Daudet (fils d’Alphonse Daudet) dont elle divorça en 1895 pour se remarier en 1896 avec Jean-Baptiste Charcot dont elle divorça en 1905 pour se remarier une nouvelle fois avec Michel Negroponte en 1906.

Jeanne Hugo vint à Hauteville House à Guernesey en mars 1927. Elle fit don de la villa de son Grand-père à la ville de Paris. Une restauration fut effectuée grâce à un mécénat de François Pinault pour en faire un musée Victor Hugo et une inauguration se déroula à Guernesey le 5 avril 2019 en présence de la maire de Paris (Anne Hidalgo) et de François Pinault.

On trouvera en illustration un portrait de Victor Hugo avec ses 2 petits-enfants, en 1872, emprunt au net.

J.D. 19 décembre 2020

récapitulation des notes de ce blog qui concernent peu ou prou Victor Hugo :

 

*Pourquoi les chats mangent les souris ? (N°677)

*Les dirigeants (N°675)

*Pie IX (N°674)

*La vision de Dante (N°673)

*Les malheurs de Sophie (N°669)

*Le seizième siècle (N°640)

*Les 300 Spartiates (N°636)

*Les Chouans et les Vendéens : Balzac, Dumas, Hugo (N°631)

*La Belle Poule et La Favorite (N°520)

*Waterloo (N°244)

*Les Djinns (N°136)

*La vie parisienne en 1880 (N°116)

*L'enfant (N°14)

*Le voile (N°12)

*Grèce, guerre d'indépendance (N°9)

 

Victor Hugo et ses petits-enfnats

Victor Hugo et ses petits-enfnats

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2020 7 06 /12 /décembre /2020 13:17

Le plan de relance européen N°676

 

le 21 juillet 2020, les chefs d’États et de Gouvernements de l’Union européenne ont décidé d’un plan de relance de 750 milliards d’euros pour soutenir les économies mises à mal par la pandémie de coronavirus.

Au passage on méditera sur ces chiffres publiés dans l’hebdomadaire Le Point du 3 décembre 2020 page 13 : Allemagne 87 millions d’habitants, 16.000 morts du covid ; France 67 millions d’habitants 52.000 morts du covid !

Ces 750 milliards doivent être empruntés sur le marché mondial des capitaux ; Il est prévu de commencer à payer les intérêts en 2023 et le remboursement du capital à partir de 2028.

Sur ces 750 milliards, 390 doivent être répartis entre les pays membres sous forme de subvention et 360 sous forme de prêts.

Pour les frais et le remboursement il est prévu des recettes spécifiques, d’abord une taxe sur les plastiques non recyclés puis une taxe carbone.

Le partage entre les pays de l’Union doit tenir compte du poids démographique et du surplus de chômage dû au covid. Je ne saurais dire pour l’instant comment tout cela va être calculé, idem pour la taxe plastique etc.

Parallèlement, le 23 septembre 2020, la Commission Européenne adoptait un nouveau « pacte européen sur la migration et l’asile ».

Puis la même Commission décidait que l’octroi des aides dans le cadre du plan de relance était conditionné au « respect de l’état de droit ».

Il n’y a pas besoin de lire beaucoup entre les lignes pour comprendre que ce charabia du « respect de l’état de droit » signifie que la participation au plan de relance est conditionné à l’acceptation des migrants.

Deux pays de l’Union : la Pologne et la Hongrie refusent ce diktat (des sous contre des migrants), étant contre l’islamisation de l’Europe et par conséquent contre les migrations.

En réponse au diktat de la Commission, Hongrie et Pologne ont usé de leur droit de veto et ont bloqué le plan de relance ! À suivre

On trouvera en annexe, la liste des principales fortunes mondiales dont presque tous les membres sont des mondialistes partisans du melting-pot et par conséquent des mouvements migratoires !

J.D. 6 décembre 2020

 

annexe :

Principales fortunes mondiales 2019 en milliards de dollars (USD)

 

Jeff Bezos 113 milliards de dollars (Amazone) américain

Bill Gates 98 (Microsoft) américain

Bernard Arnault 76 (LVMH) français

Warren Buffett 67,5 (Coca-Cola, Gillette…) américain

Larry Elison 59 (Oracle) américain

Armancio Ortega 55 (Zara) espagnol

Marc Zuckenberg 54,7 (Facebook) américain

Jim Walton 54,6 (Wal-Mart) américain

Alice Walton 54,4 (Wal-Mart) américaine

Robson Walton 54,3 (Wal-Mart) américain

Steve Ballmer 52,7 (Microsoft) américain

Carlos Slim 52,1 (Texmex) mexicain

Larry Page 50,9 (Google) américain

Serzey Brin 49,1 (Google) américain

Françoise Bettencourt-Meyer 48,9 (L’Oréal) française

 

 

source : JDN (journal du net) 27 novembre 2020

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2020 1 23 /11 /novembre /2020 18:32

Les dirigeants N° 675

titre ajouté à un texte de Victor Hugo, extrait de « La vision de Dante », poème daté du 24 février 1853 et inséré dans La légende des siècles au chapitre LIV (suite des notes 673 et 674).

 

« L’ange dit :

Qui êtes-vous ?

Et le groupe à ses pieds répondit :

Rois et maîtres de tout du droit de nos ancêtres.

Rois ! Vous êtes les rois, vous n’êtes pas les maîtres,

Dit l’ange. Allons, venez, c’est l’heure, arrivez tous.

Vous voilà donc enfin, princes ! D’où sortez-vous ?

O princes, vous sortez, et je vais vous le dire,

Des forfaits, des fureurs, du meurtre et du délire,

Des deuils, des faux serments dont l’homme est éperdu,

Et du sang innocent à grands flots répandu.

Vous sortez des palais qu’habite la démence,

Des fortins, des charniers, et de la plainte immense

Du monde entier criant vers le haut firmament !

Rois ! L’homme n’est pas fait pour votre amusement,

Rois ! La terre est un temple et non pas une étable.

Le tyran, dans l’orgie, accoudé sur la table,

Commande au crime, et Dieu commande au châtiment.

Princes, avant que Dieu regarde froidement

Tout le sang qui ruisselle autour de vos armures,

les astres tomberont comme des figues mûres

Qui tombent d’un figuier secoué par le vent.

O rois, qui massacraient sous l’œil du Dieu vivant,

La voix du genre humain contre vos fronts s’élève.

Plus nombreux que les flots gémissant sur la grève,

Les morts auprès de Dieu, rois, vous ont précédés.

Otez votre couronne, accusés, répondez.

Tous ces crimes abjects, mêlés au vice immonde,

Les avez-vous commis ?

 

Et ces maîtres du monde

Tremblèrent comme l’arbre au vol des ouragans,

Et l’ange regardait pâlir ces arrogants ;

Et chacun d’eux, pareil au renard qui s’échappe

Criait :

Ce n’est pas nous ! »

 

Cette tirade sur les princes et rois pourrait être de tous les temps : je la verrais bien au procès de Nuremberg et à beaucoup d’autres !

On trouvera en illustration un tableau de Giovanni da Modena, qui représente l’enfer de la Divine Comédie de Dante daté de 1415 et qui se trouve dans l’église San Petronio à Bologne, voir fiche N°612 http://jean.delisle.over-blog.com/2020/03/san-petronio-a-bologne-n-612.html

J.D. 23 novembre 2020

 

Les dirigeants-N°675
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2020 1 23 /11 /novembre /2020 18:29

 

Pie IX N° 674

 

Giovanni Maria Mastai Ferretti naquit le 13 mai 1792 en Italie, à Sénigalia (ville qui a aujourd’hui dans les 45.000 habitants, située sur la côte adriatique à une vingtaine de kms au nord d’Ancône).

Il fut ordonné le 10 avril 1819 et élu pape le 16 juin 1846. Il décéda le 7 février 1878, son pontificat fut l’un des plus longs de l’histoire papale.

Dans un poème (voir fiche précédente), Victor Hugo le qualifie de « pape qui fit le mal et non le bien » et l’imagine en enfer.

C’est sous le pontificat de Pie IX que furent décidés le dogme de l’immaculée conception et celui de l’infaillibilité papale. Cela ne pouvait pas convenir à l’esprit de Victor Hugo, mais il faut rechercher ailleurs son jugement sur Pie IX.

C’est en l’an 756 que Pépin-le-Bref (fils de Charles Martel et père de Charlemagne) avait fait don à la papauté des territoires récupérés sur les Lombards (donation de Quiersy-sur-Oise). Ce fut le début des États du Vatican ou États du pape.

Ainsi, la papauté eut un siège religieux ou spirituel à Rome et un siège politique à Bologne à partir de 1506.

Mais cela entraîna au fil des siècles, ce que l’on appelle aujourd’hui des conflits d’intérêts. En tant que souverain d’un État, le pape possédait une armée, une justice, levait des impôts, intervenait dans les conflits fréquents entre les divers États qui composaient l’Italie et mélangeant tout, excommuniait en tant que pape les souverains qu’il combattait en tant que chef d’État !

Sur ce fond général, Pie IX fut particulièrement impliqué car son pontificat se déroula au moment même où se fit l’unité de l’Italie.

C’est en 1848, appelée « année des Révolutions » ou « année du printemps des peuples », partout en Europe, que les choses se gâtèrent. Bologne, l’Émilie-Romagne et l’Ombrie rejoignirent le royaume de Sardaigne en novembre 1860, lequel devint le royaume d’Italie le 17 mars 1861. Le pape tenta de s’opposer aux revendications populaires pour conserver son pouvoir temporel. Il lui restait le Latium (région autour de Rome). Ce territoire fut défendu par des troupes françaises envoyées par Napoléon III. Après la défaite de Sedan (le 2 septembre 1870) et l’abdication de Napoléon III 2 jours plus tard, les troupes italiennes commandées par le général Cardona s’emparaient de Rome le 20 septembre 1870 (d’où des villes avec des rues appelées « via 20 settembre » un peu partout en Italie) et Rome devint la capitale du royaume d’Italie. La papauté s’isola jusqu’aux accords de Latran du 11 février 1929 qui permirent la reprise de relations normales entre le Vatican et l’État italien.

Mais Pie IX fut le dernier pape en même temps chef d’État et la confusion des rôles explique que Victor Hugo dans son poème « la vision de Dante » (voir fiche précédente, cela rime!) fait dire à Dieu s’adressant au pape :

« Or, le monde t’a vu, toi le saint, toi l’auguste,

Dire au crime : courage ! Et la porte du juste

a tremblé sur ses gonds,

tu louas les bourreaux vainqueurs, toi mon ministre ;…

Chien du troupeau, tu fus un loup comme les autres !... »

Que Victor Hugo mette ce pape en enfer dans son poème, n’empêcha pas le pape Jean-Paul II de déclarer Pie IX « bienheureux » le 3 septembre 2000.

Voir le portrait de Pie IX en illustration, emprunt au net.

J.D. 22 novembre 2020

 

 

Pie IX

Pie IX

Partager cet article
Repost0