Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2021 3 22 /09 /septembre /2021 15:26

Belley N°708

 

extrait d’un discours de Monsieur Denis Guillot Président de Chambre à la Cour d’Appel, à l’audience solennelle de rentrée du 16 septembre 1958 à la Cour d’Appel de Grenoble :

 

« L’ancien président du Tribunal de Belley vous convie à le suivre dans cette charmante petite ville aux sept collines, aux horizons tellement divers dans leur beauté.

Noyée dans la verdure, elle s’étire, comme une chatte gourmande, loin du bruit des grandes voies de circulation. On ne digère bien que dans le calme et particulièrement qu’à Belley. Or, la bonne digestion conduit l’avocat à une bonne plaidoirie et le magistrat à une juste sentence. C’est ce qui se passe de toute éternité dans cet heureux pays.

Tournons nos regards vers le Valromey, à quelques lieues au nord, pays clair, aux champs fertiles parsemés de boqueteaux touffus, aux coteaux produisant des vins renommés. C’est la symphonie des brandes giboyeuses, des eaux limpides miroitantes de fins poissons et des sous-bois parfumés de champignons rares.

Quelques villages, dont on garde éternellement le nom en même temps que le fumet et le goût des mets dispensés par l’hôtelier : Vieu, Champagne, Artemare, Virieu procurent de salutaires haltes gastronomiques. Voilà le Bas Bugey.

Dans ce croissant fertile, bien plus modeste, certes, que celui qui s’étendait il y a quatre mille ans sur la Mésopotamie, l’homme communie avec les biens de la terre plus facilement qu’en aucun autre lieu.

Et les anciens moines le savaient qui établirent là leurs couvents afin de ne pas mépriser les dons et les bienfaits de Dieu.

Et partout brille l’ombre de Brillat-Savarin. Particulièrement dans son cellier de manicle à Cheigneu-la-Balme, tandis que, réunis autour de sa table rustique et lui ayant réservé son couvert et sa chaise selon la coutume, les ors et la pourpre du vin, dont les ceps s’étendaient sous nos yeux, chantaient dans nos verres…. »

 

commentaires : Belley est une antique cité romaine qui compte aujourd’hui dans les 9000 habitants et qui doit son nom à Bellone déesse romaine de la guerre. Son symbole est la louve ; une louve en bronze, œuvre d’une sculptrice installée à Belley (Colette Sonzogni), orne d’ailleurs la Grande Rue. Voir illustration, emprunt au net.

Belley a toujours était considérée comme la capitale du Bugey et fut le siège d’un diocèse probablement depuis le début du huitième siècle. Les 2 clochers de sa cathédrale dédiée à Saint Jean-Baptiste furent détruits lors de la Révolution. Les dernières restaurations datent des années 1990. L’évêque du diocèse réside à Bourg-en-Bresse depuis 1978.

Le Bugey fut donné aux comtes de Savoie par l’empereur germanique Henri IV en 1077 et fut pris au profit de la France par un autre Henri IV (celui là roi de France) en 1601. Mais on trouve encore à Belley un « hôtel des Ducs de Savoie » où siège l’office du tourisme.

22 septembre 2021

 

la louve de Belley

la louve de Belley

Partager cet article
Repost0

commentaires