Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 août 2021 2 24 /08 /août /2021 08:27

Dictatus papae N°706

 

« Dictatus papae » peut être traduit par : « affirmations du pape ». Il s’agit de 27 « propositions » rédigées par le pape Grégoire VII en mars 1075.

Le pape affirmait la supériorité du spirituel sur le temporel c’est-à-dire en fait du Vatican sur le saint Empire romain germanique et ce pour la nomination des évêques. Cela déclencha ce qui fut appelé : « la querelle des investitures » : une guerre entre papes et empereurs qui mobilisa toute la chrétienté avec des partisans du pape (appelés Guelfes) et ceux de l’empereur (les Gibelins) et avec en prime, des guerres secondaires à l’intérieur de la guerre principale ; comme celle qui opposa Florence (guelfe) à Sienne (gibeline).

On peut faire remonter l’origine du conflit au 2 février 962 lorsque le pape Jean XII donna un titre d’empereur à un souverain germanique nommé Otton (et qui fut surnommé Otton le Grand) ; ce qui consacra la naissance du Saint Empire romain germanique. Peu reconnaissant, 11 jours plus tard (c’est-à-dire le 13 février 962) Otton publiait un « privilège » qui plaçait la papauté sous la tutelle de l’empereur !

L’épisode le plus connu de cette guerre est « l’amende honorable » que l’empereur Henri IV alla faire à Canossa où s’était réfugié le pape dans un château appartenant à la comtesse Mathilde (elle fut la première femme ensevelie à Saint Pierre de Rome où elle a son monument funéraire, œuvre de Bernin en 1635 ; dans la nef, à droite en montant vers le baldaquin, voir illustration, emprunt au net).

Il s’agit de Canossa en Emilie-Romagne, à ne pas confondre avec Canosa dans les Pouilles. Voir la note N°530 http://jean.delisle.over-blog.com/2019/03/canosa-et-canossa-n-530.html

    1. La victoire du pape fut de courte durée car Henri IV parvint à réunir un concile qui déposa Grégoire VII et nomma Clément III le 25 juin 1080. Grégoire VII mourut le 25 mai 1085 isolé à Salerne (Salerno à 60 kms au sud de Naples). Né vers 1015, il avait été élu pape le 22 avril 1073. Il fut inhumé dans la cathédrale de Salerne et fut canonisé par l’Église en 1606. il avait tenté de réformer l’Église et voulut organiser une croisade pour aider les chrétiens d’Orient à résister à l’islam mais y renonça faute d’appui de souverains fournissant des soldats.

La guerre se termina par le « Concordat de Worms » le 23 septembre 1122. La fin du conflit principal n’arrêta pas la guerre entre guelfes et gibelins en Toscane. La minorité gibeline de Florence, alliée aux Siennois gibelins et au roi de Sicile (Manfred, qui avait été couronné roi de Sicile le 11 août 1258 ; il était le fils de l’empereur germanique Frédéric II) fut vainqueur des guelfes florentins le 4 septembre 1260 à la bataille de Montaperti (dans la province de Sienne, on trouve aussi écrit Mont Aperto). Les Gibelins eurent alors le projet de détruire Florence. Voici le récit qu’Alexandre Dumas fait de cet épisode dans « Une année à Florence » texte de 1851 :

« le 27 septembre (1260) l’armée gibeline se présenta devant Florence dont elle trouva toutes les femmes en deuil…

Alors une diète des cités gibelines de Toscane fut convoquée à Empoli (entre Florence et Livourne) ; les ambassadeurs de Pise et de Sienne déclarèrent qu’ils ne voyaient d’autres moyens d’éteindre la guerre civile qu’en détruisant complètement Florence, véritable ville des Guelfes, et qui ne cesserait jamais de favoriser ce parti. Les comtes Guidi et Alberti, les Santafior et les Ubaldini, appuyèrent cette proposition… La motion allait passer lorsque Farinata des Uberti (un Florentin gibelin qui avait combattu avec les Siennois contre les Florentins guelfes) se leva.

Ce fut un discours sublime que celui que prononça ce Florentin pour Florence, ce fils plaidant en faveur de sa mère, ce victorieux demandant grâce pour les vaincus… La parole de Farinata l’emporta au conseil, comme son épée à la bataille. Florence fut sauvée….

Ce fut la cinquième année de cette réaction impériale que naquit à Florence, un enfant qui reçut de ses parents le nom d’Alighieri, et du ciel celui de Dante..…

Le géant (il s’agit de Farinata des Uberti) disparaît comme un fantôme, et on ne le retrouve que quarante ans après, dans l’enfer de Dante (au chant X), où plongé jusqu’à la ceinture dans un tombeau rougi par les flammes , il se plaint, non pas de la douleur qu’il éprouve, mais de l’acharnement avec lequel les Florentins poursuivent son nom et sa famille. » (pour avoir d’abord combattu avec les Siennois). Dante fait dire à Farinata :

« Je fus le seul, alors que chacun acceptait la pensée de détruire Florence, à la défendre à visage découvert ».

J.D. 24 août 2021

 

 

tombeau de la comtesse Mathilde à Rome

tombeau de la comtesse Mathilde à Rome

Partager cet article
Repost0

commentaires