Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 09:02

La Chimère se gondole N° 703

 

« La Chimère se gondole » fut le titre d’un bulletin dont il ne parut que deux numéros datés février et mars 1940, tiré à 150 exemplaires et destiné aux mobilisés du 303e RALP (régiment d’artillerie légère portée). On ne trouve que deux signatures sur ces bulletins : celle du lieutenant Cahen et celle de l’adjudant Massard. La Chimère était le symbole du régiment d’où le titre pour un bulletin qui se voulait distractif.

Page 4 du numéro 1 on trouve ce poème :

 

« Ici sans faire de façons

On boit, on mange et on roupille

Et nos uniques soucis sont

De déguster le saucisson

Tout en faisant une manille. »

 

Voilà qui irait bien aux occupants de certaines résidences pour Séniors ! Sauf que les Séniors en question ont travaillé toute leur vie avant de venir se reposer ! Le cas était différent pour les mobilisés de 1939.

Suite aux traités signés au Kremlin dans la nuit du 23 au 24 août 1939 entre Soviétiques et Nazis ; Hitler envahissait la Pologne le premier septembre 1939. Dès ce premier septembre, la France décidait la mobilisation générale avec effet au 2 septembre à minuit. Puis le 3 septembre 1939 à 17 heures, la France et la Grande-Bretagne déclaraient la guerre à l’Allemagne.

En France, 2.224.000 hommes furent mobilisés à l’arrière pour des taches de transport etc et 2.274.000 pour le front, ou plus exactement pour la frontière !. Ils furent renforcés par un corps expéditionnaire britannique de 200.000 soldats.

Ce furent donc près de 2.500.000 hommes qui furent stationnés derrière la ligne Maginot et qui durant plus de 8 mois n ‘eurent d’autres tâches que de tuer... le temps, mais pas les ennemis ! D’où le poème ci-dessus tout à fait justifié !

Il fallut attendre le bon vouloir des Allemands le 10 mai 1940 pour que notre déclaration de guerre se transforme en guerre !

Quelle pitié ! Sans oublier que c’était le gouvernement issu des élections législatives de fin avril et début mai 1936 qui était aux commandes ! Le même qui avait livré la Tchécoslovaquie à Hitler lors de la conférence de Munich le 29 septembre 1938 ; le même qui avait envoyé nos athlètes aux jeux olympiques de Berlin en août 1936 alors que toutes les lois anti-juives avaient été votées en Allemagne entre le 7 avril 1933 et le 15 septembre 1935 avec publication au « Reichsgesetzblatt » (le journal officiel allemand de l’époque). Nos responsables politiques ne pouvaient donc pas dire qu’ils ne savaient pas ! Enfin les mêmes qui le 10 juillet 1940 au théâtre du Grand casino de Vichy votèrent les pleins pouvoirs à Pétain. A noter que les élus communistes (74 députés et 2 sénateurs) ne participèrent pas à ce vote. Un décret-loi d’Edouard Dalladier du 26 septembre 1939 (J.O. du 27) avait interdit le parti communiste et ses annexes et que députés et sénateurs communistes avaient été arrêtés le 8 octobre 1939. Sur « le front populaire » voir la fiche N°463. http://jean.delisle.over-blog.com/2018/06/le-front-populaire-n-463.html

 

J.D. 27 juillet 2021

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires